Montre à gousset : histoire et évolution

Montre à gousset : histoire et évolution

Définition

  • Une montre à gousset (dite aussi montre gousset, montre de gousset ou montre de poche) est une montre qui est faite pour être portée dans une poche, par opposition à la montre-bracelet, qui est attaché au poignet.
  • Le gousset quant à lui désigne la poche spéciale que l'on trouve dans nos tenues afin de ranger la montre.

  • Elles ont été le type de montre le plus courant depuis leur développement au XVIe siècle jusqu'à ce que les montres-bracelets deviennent populaires après la Première Guerre mondiale, au cours de laquelle un modèle transitoire, la montre à tranchée, soit utilisée par les militaires.
  • Les montres à gousset possèdent généralement une chaîne, afin de leur permettre d'être attachées à un gilet, un revers ou une boucle de ceinture, ce afin d'éviter qu'elles ne tombent.

  • Les montres pour femmes étaient normalement de cette forme, avec un porte-montre qui était plus à but décoratif que protecteur.

  • Les chaînes sont souvent ornées d'un pendentif en argent ou en émail, portant souvent les armes d'un club ou d'une société.

  • Des gadgets pratiques tels qu'une clé de remontoir de montre, un étui de veste ou un coupe-cigare peuvent aussi êtres ajoutée sur la chaîne de la montre.
  • Les attaches conçues pour être placées dans une boutonnière et portées dans une veste ou un gilet sont également courantes, ce type d'attaches sont souvent associées aux conducteurs de train et portent leur nom.

  • Une première référence à la montre à gousset se trouve dans une lettre de novembre 1462 de l'horloger italien Bartholomew Manfredi au marquis de Mantoue Federico Gonzaga, où il lui offre une "horloge de poche" meilleure que celle du duc de Modène.
  • À la fin du XVe siècle, des horloges à ressort font leur apparition en Italie et en Allemagne. Peter Henlein, maître serrurier de Nuremberg, fabriquait régulièrement des montres de poche en 1524.

    Oeuf-de-nuremberg

  • Les montres de poche ont évolué à partir des montres-réveils, supposément appelées œufs de Nuremberg, portées sur des chaînes autour du cou. Exemple de Peter Henlein, 1510, Germanisches Nationalmuseum Nuremberg.

  • Par la suite, la fabrication de montres de poche s'est répandue dans le reste de l'Europe à mesure que le XVIe siècle progressait. Les premières montres ne possédaient que l'aiguille indiquant les heures, l'aiguille des minutes apparaissant à la fin du XVIIe siècle.
  • Les premières montres de poche américaines avec des pièces mécaniques ont été fabriquées par Henry Pitkin avec son frère à la fin des années 1830.

 

Histoire

Les premiers garde-temps à être portés, fabriqués en Europe au XVIe siècle, étaient de taille transitoire entre les horloges et les montres. Ces "montres-réveils" étaient attachées aux vêtements ou portées sur une chaîne autour du cou.
Il s'agissait de lourds cylindres en laiton en forme de tambour de plusieurs pouces de diamètre, gravés et ornés n'avaient que l'aiguille des heures. Le cadran n'était pas recouvert de verre, mais muni d'un couvercle articulé en laiton, souvent percé d'un grillage décoratif qui permettait de lire l'heure sans l'ouvrir.

Le mouvement était fait de fer ou d'acier et maintenu ensemble par des goupilles coniques et des cales, jusqu'à ce que l'on commence à utiliser des vis après 1550. Bon nombre des mouvements comprenaient des mécanismes de sonnerie ou d'alarme.
Plus tard dans le siècle, il y eu une tendance pour les montres de forme inhabituelle, et les montres horlogères en forme de livres, d'animaux, de fruits, d'étoiles, de fleurs, d'insectes, de croix et même de crânes (montres à tête de mort) étaient fabriquées.

Les styles ont changé au XVIIe siècle et les hommes ont commencé à porter des montres dans des poches au lieu de porter des pendentifs (la montre pour femme est restée un pendentif jusqu'au XXe siècle).
Cela se serait produit en 1675 lorsque Charles II d'Angleterre a introduit les gilets. Pour tenir dans les poches, leur forme est devenue la montre à poche typique, ronde et plate sans bords coupants.

A partir de 1610 environ, le cadran est recouvert de verre. Jusqu'à la seconde moitié du XVIIIe siècle, les montres étaient des articles de luxe ; les journaux anglais du XVIIIe siècle publiaient souvent, pour montrer à quel point elles étaient appréciées, des publicités offrant des récompenses allant d'une à cinq guinées uniquement pour des informations susceptibles de conduire à la récupération de montres volées.
Cependant, à la fin du XVIIIe siècle, les montres (bien que fabriquées encore largement manuellement) étaient de plus en plus courantes ; on faisait des montres spéciales à prix avantageux pour les marins, en peignant des scènes maritimes brutes mais hautes en couleurs sur le cadran des bateaux.

Jusqu'aux années 1720, la quasi-totalité des mouvements de montres étaient basés sur l'échappement d'angle, qui avait été développé pour les grandes horloges publiques au XIVe siècle. Ce type d'échappement comportait un degré élevé de frottement et ne comportait aucun type de bijoux pour protéger les surfaces de contact contre l'usure.
Par conséquent, une montre d'accotement pouvait rarement atteindre un niveau de précision élevé. Les exemples survivants sont pour la plupart très rapides, gagnant souvent une heure par jour ou plus.


La première amélioration largement répandue fut l'échappement à cylindre, développé par l'abbé de Hautefeuille au début du XVIIIe siècle et appliqué par le fabricant anglais George Graham.
Puis, vers la fin du XVIIIe siècle, l'échappement à levier (inventé par Thomas Mudge en 1755) est mis en production limitée par une poignée de fabricants dont Josiah Emery (Suisse basé à Londres) et Abraham-Louis Breguet.
Ainsi, une montre domestique pourrait garder l'heure à une minute près par jour. Les montres à levier sont devenues courantes après 1820 environ, et ce type est encore utilisé dans la plupart des montres mécaniques aujourd'hui.

En 1857, l'American Watch Company de Waltham, au Massachusetts, a lancé le Waltham Model 57, le premier à utiliser des pièces interchangeables. Cela a permis de réduire les coûts de fabrication et de réparation. La plupart des montres de poche du modèle 57 étaient en argent. Un alliage d'argent pur à 90% couramment utilisé dans la frappe de la monnaie en dollars, légèrement moins pur que l'argent sterling britannique (92,5%), ce qui permet  de faire durer les pièces en circulation et autres objets utilitaires en argent plus longtemps avec un usage intensif.

La manufacture horlogère se rationalise; la famille Japy de Schaffhouse, en Suisse, ouvre la voie et, peu de temps après, l'industrie horlogère américaine naissante développe beaucoup de nouvelles machines, de sorte qu'en 1865, l'American Watch Company (connue sous le nom de Waltham) peut produire plus de 50'000 montres fiables chaque année.
Cette évolution a fait sortir les Suisses de leur position dominante sur le marché des produits bon marché, les obligeant à améliorer la qualité de leurs produits et à s'imposer comme les leaders en matière d'horlogerie de précision.

 

Utilisation dans les chemins de fer aux États-Unis

L'essor du chemin de fer dans la seconde moitié du XIXe siècle a conduit à la généralisation de l'usage des montres de poche. Le 19 avril 1891, un célèbre accident de train s'est produit sur la Lake Shore and Michigan Southern Railway à Kipton dans l'Ohio, parce que l'une des équipes de quart des mécaniciens s'était arrêtée pendant quatre minutes.

Les responsables des chemins de fer ont donc mandaté Webb C. Ball comme inspecteur en chef du temps, afin d'établir des normes de précision et un système d'inspection fiable pour les chronomètres de chemin de fer.
Cela a conduit à l'adoption, en 1893, de normes strictes pour les montres à gousset utilisées dans les chemins de fer. Ces montres à gousset de qualité ferroviaire, comme on les appelle familièrement, devaient répondre aux normes générales des montres de chemin de fer adoptées en 1893 par presque tous les chemins de fer.
Ces normes étaient les suivantes: que la montre gousset soit à face ouverte, taille 16 ou 18, ont un minimum de 17 rubis, ajustés à au moins cinq positions, gardent l'heure avec précision à 30 secondes près par semaine, ajustés à des températures de 34 °F (1 °C) à 100 °F (38 °C), ont un double galet, une roue en acier, un levier, un régulateur, une tige de remontage à 12 heures et des chiffres arabes noir gras sur un cadran blanc, avec aiguilles noir.

 

Types de montres à gousset

Il existe deux principaux styles de montre à gousset : celle à clapet et celle à face ouverte.

 

Montres à face ouverte

montre-gousset-face-ouverte

Une montre à face ouverte, ou Lépine, est une montre dont le boîtier ne possède pas de couvercle métallique pour protéger le cristal. Il est typique pour une montre à face ouverte d'avoir le pendentif situé à 12:00 et le cadran des secondes situé à 6:00.
Occasionnellement, un mouvement de montre destiné à un boîtier de chasse (avec la tige de remontage à 3h et le second cadran à 6h) aura un boîtier à face ouverte.
Une telle montre est connue sous le nom de "sidewinder". Un tel mouvement peut également être équipé d'un cadran de conversion, qui déplace la tige du remontoir à 12:00 et le cadran des secondes à 3:00.
Après 1908, les montres approuvées pour le service ferroviaire devaient être emboîtées dans des boîtiers ouverts avec la tige de remontage à 12:00.

 

Les montres gousset Boîtier-Chasseur

montre-gousset-boiter

 

Une montre à gousset "Hunter-Case" (Trad : Boîtier-Chasseur) est un boîtier avec un couvercle métallique circulaire à charnière à ressort, qui se referme sur le cadran et le verre de la montre, les protégeant de la poussière, des rayures et autres dommages ou débris.
Le nom vient d'Angleterre où "les chasseurs de renards trouvaient pratique de pouvoir ouvrir leur montre et lire l'heure d'une main, tout en tenant les rênes de leur " chasseur " (cheval) dans l'autre main"; il est aussi connu sous le nom de "savonnette" en raison de sa ressemblance avec un savon rond.

La plupart des montres anciennes et Hunter-case ont les charnières du couvercle à la position 9 heures, et la tige, la couronne et l'arc de la montre à la position 3 heures. Les montres de poche modernes Hunter-case ont généralement les charnières du couvercle à la position 6 heures et la tige, la couronne et l'arc à la position 12 heures, comme les montres à cadran ouvert. Dans les deux styles de boîtiers, le cadran des secondes était toujours à la position 6 heures. Une montre à gousset Hunter-Case avec une chaîne à ressort est illustrée en haut de cette page.

Un type intermédiaire, connu sous le nom de demi-chasseur, est un modèle de boîte dans lequel le couvercle extérieur a un panneau de verre ou un trou au centre donnant une vue des mains. Les heures sont marquées, souvent en émail bleu, sur le couvercle extérieur ; ainsi, avec ce type de boîtier, on peut lire l'heure sans ouvrir le couvercle. 

 

 

Types de mouvements en horlogerie

Les montres à clef

Pour les toutes premières montres de poche, depuis leur création au XVIe siècle jusqu'au troisième quart du XIXe siècle, une clef de montre était nécessaire pour remonter la montre et régler l'heure. Cela se faisait généralement en ouvrant le fond du boîtier et en plaçant la clé sur le porte-montoir (qui était placé sur la roue de remontage de la montre, pour remonter le ressort moteur) ou en mettant la clé sur le porte-montoir, qui était relié à la roue des minutes et tournait les aiguilles.

Certaines montres de l'époque étaient munies à l'avant de la montre d'un dispositif de réglage, de sorte qu'il était nécessaire de retirer la glace et la lunette pour régler l'heure.
De nombreux mouvements de montres à clef utilisent une fusée pour améliorer l'isochronisme. La fusée est une poulie conique spécialement coupée, fixée par une fine chaîne au barillet du ressort moteur. Lorsque le ressort est complètement enroulé (et son couple le plus élevé), toute la longueur de la chaîne est enroulée autour de la fusée et la force du ressort moteur est exercée sur la partie la plus petite du cône de la fusée. Au fur et à mesure que le ressort se déroule et que son couple diminue, la chaîne s'enroule de nouveau sur le barillet du ressort moteur et tire sur une partie de diamètre de plus en plus grand de la fusée.

Cela permet d'obtenir un couple plus uniforme sur le train de montres, ce qui se traduit par une amplitude d'équilibrage plus constante et un meilleur isochronisme. Une fusée est une nécessité pratique dans les montres équipées d'un échappement d'accotement, et peut également offrir des avantages considérables avec un échappement à levier et d'autres types d'échappement de haute précision (le modèle 21 du chronomètre Hamiltons de la Seconde Guerre mondiale utilise un fusée en combinaison avec un échappement à cran).
Les montres à clef sont aussi couramment vues avec des barillets conventionnels et d'autres types de barillets de ressort moteur, en particulier dans l'horlogerie américaine.

 

Les montres à remontoir mécanique

Inventé par Adrien Philippe en 1842 et commercialisé par Patek Philippe & Co. dans les années 1850, le mouvement à remontoir a supprimé la clé de montre qui était jusqu'alors une nécessité pour le fonctionnement de toute montre à gousset. Les premières montres de poche à remontoir ont été vendues lors de la Grande Exposition de Londres en 1851 et les premiers propriétaires de ces nouveaux types de montres furent la Reine Victoria et le Prince Albert.
Les mouvements à remontoir sont le type de mouvement le plus courant dans les montres de poche anciennes et modernes.


La transition vers l'utilisation des montres à remontoir s'est produite à peu près au même moment que la fin de la fabrication et de l'utilisation de la montre à fusée. La distribution par fusée-chaîne a été remplacée par un ressort moteur en acier de meilleure qualité (communément appelé "barillet mobile") permettant une libération plus régulière de la puissance vers le mécanisme d'échappement.
Cependant, le lecteur de cet article ne doit pas se méprendre sur le fait que les fonctions de remontage et de réglage sont directement liées au balancier et au ressort spiral. Le balancier et le ressort spiral ont une fonction séparée : régler la temporisation (ou l'échappement) du mouvement. 

 

Les montres à levier 

Obligatoire pour toutes les montres de chemin de fer après environ 1908, ce type de montre à gousset se règle en ouvrant le cristal et la lunette et en tirant le levier de réglage (la plupart des boîtiers-chasseurs ont des leviers accessibles sans enlever le cristal ou la lunette), qui se trouvait généralement aux positions 10 ou 2 heures des montres à face ouverte, et à 5 heures des montres à boîtier de chasse. Une fois le levier tiré, on pouvait tourner la couronne pour régler l'heure. Le levier a ensuite été repoussé vers l'intérieur et le cristal et la lunette ont été refermés sur le cadran.
Cette méthode de réglage de l'heure sur les montres de poche a été préférée par les chemins de fer américains et canadiens, car les montres à levier rendent les changements d'heure accidentels impossibles. 

 

Les montres à tige

Tout comme les mouvements à levier, ces montres de poche avaient une petite aiguille ou un petit bouton à côté de la tige de la montre qui devait être enfoncé avant de tourner la couronne pour régler l'heure et relâcher l'aiguille lorsque l'heure correcte avait été réglée.

  

Mouvements joailliers

L'horlogerie et la joaillerie ont toujours été deux disciplines entre-mêlées. La montre mécanique se veut être une petite pièce de bijouterie en forme de minéral dur. Le rubis et le saphir sont les plus courants. Le diamant, le grenat et le verre sont souvent également utilisés.
Cependant, dès le début du XXe siècle, les bijoux synthétiques sont presque universellement utilisés. Avant cette époque, on utilisait des bijoux naturels de qualité inférieure qui ne convenaient pas comme pierres précieuses. Dans les deux cas, les bijoux n'ont pratiquement aucune valeur monétaire.

Les types de bijoux les plus courants sont les bijoux à trous. Les bijoux troués sont des disques (normalement en forme de soucoupe volante) qui ont un trou soigneusement formé et dimensionné. Le pivot d'une tonnelle se trouve dans ce trou. Le bijou offre une surface extrêmement lisse et dure qui est très résistante à l'usure et, lorsqu'elle est correctement lubrifiée, à très faible friction. Ainsi, les bijoux troués réduisent à la fois le frottement et l'usure des pièces mobiles d'une montre.

Les autres types de bijoux de base sont les bijoux à capuchon, les bijoux à rouleau et les bijoux à palette.


Les bijoux à capuchon sont toujours jumelés avec des bijoux de trou, et toujours avec un pivot de forme conique. Les bijoux à capuchons sont ainsi appelés parce qu'ils "capuchonnent" les joyaux du trou et contrôlent le mouvement axial de l'arbre, empêchant l'épaulement du pivot d'entrer en contact avec le bijou du trou. Pour un système de bijou de trou et de capuchon correctement conçu, le pivot de l'arbre porte sur le bijou de capuchon comme un point d'ancrage sur un mince film d'huile. Ainsi, un bijou à capuchon offre un frottement plus faible et de meilleures positions par rapport à un simple bijou de trou.

Le bijou rouleau, aussi appelé bijou d'impulsion ou simplement broche d'impulsion, est une fine tige de rubis ou de saphir, généralement en forme de lettre "D". Le joyau du rouleau est responsable de l'accouplement du mouvement du balancier à celui de la fourche à palettes.

Les bijoux de palette sont sur la fourche à palette et interagissent avec la roue de secours. Ce sont les surfaces qui, 5 fois par seconde dans un échappement typique, verrouillent le train d'engrenages de la montre et transfèrent ensuite la puissance au balancier.

Les montres de haute joaillerie ajoutent des bijoux à d'autres pivots, en commençant par la fourche à palette, puis la roue d'échappement, la quatrième roue, la troisième roue, et enfin la roue centrale. Un tel bijou sur la troisième roue ajoute huit rubis, soit un total de 15 bijoux. Bijouterie à la roue centrale ajoute deux autres donnant un total de 17 bijoux. Ainsi, une montre contenant 17 bijoux est considérée comme entièrement joaillière.

Chez les fabricants américains, cependant, il était courant sur les mouvements bas de gamme de faire des bijoux à la troisième roue sur la plaque supérieure (visible) de la montre seulement.
Cela donne un total de 11 bijoux, mais ressemble à une montre à 15 bijoux, à moins que le cadran ne soit enlevé. Comme les montres de 15 bijoux et moins ne sont souvent pas marquées quant au nombre de bijoux, il faut faire preuve d'une extrême prudence lors de l'achat de mouvements qui semblent être à 15 bijoux. Les bijoux supplémentaires au-delà de 17 bijoux sont utilisés soit pour ajouter des bijoux de capuchon, soit pour orner le barillet du ressort moteur de la montre. Les montres à 19 bijou, en particulier celles d'Elgin et Waltham, auront souvent un barillet à ressort moteur bijouté. Alternativement, une montre à 19 bijoux aura des bijoux de capuchon supplémentaires sur la roue de secours. les montres à montres bijoux ont généralement des bijoux à capuchon à la fois sur la fourche à palette et sur la roue d'échappement. les montres à 23 bijoux auront un barillet joaillier et un échappement entièrement fermé. 

Les mouvements à complication auront souvent des bijoux supplémentaires qui servent à des fins utiles.
Un plus grand nombre de bijoux est souvent associé à une meilleure qualité des mouvements horlogers. S'il est vrai que les mouvements coûteux ont souvent un nombre de bijoux plus élevé, les bijoux eux-mêmes n'en sont pas la cause. Les bijoux eux-mêmes n'ajoutent essentiellement aucune valeur monétaire, et au-delà de 17 offrent une amélioration négligeable dans la capacité de chronométrage et dans la durée de vie du mouvement. La plupart des coûts d'une montre plus chère sont associés à une meilleure qualité de finition et, surtout, à un plus grand nombre d'ajustements.

 

Mouvements ajustés

Les montres de poche sont parfois gravés du mot "Ajusté", ou "Ajusté à n positions". Cela signifie que la montre a été réglée pour maintenir l'heure dans différentes positions et conditions.

Le réglage de la position s'obtient par un équilibrage soigneux (répartition régulière du poids) du système spiral- spiral ainsi que par un contrôle minutieux de la forme et du polissage des pivots d'équilibre.
Tout cela permet d'égaliser l'effet de la gravité sur la montre dans différentes positions. Les ajustements de position sont obtenus par un ajustement minutieux de chacun de ces facteurs, fourni par des essais répétés sur une machine de chronométrage.

Ainsi, l'ajustement d'une montre à sa position nécessite de nombreuses heures de travail, ce qui augmente le coût de la montre. Les montres de qualité moyenne étaient généralement ajustées à 3 positions (cadran vers le haut, cadran vers le bas, pendentif vers le haut) tandis que les montres de qualité supérieure étaient généralement ajustées à 5 positions (cadran vers le haut, cadran vers le bas, tige vers le haut, tige gauche, tige droite) ou même les 6 positions. Après 1908, les montres de chemin de fer devaient être ajustées à 5 positions.

Les premières montres utilisaient un balancier en acier solide. Au fur et à mesure que la température augmentait, le balancier s'est agrandissait, modifiant le moment d'inertie et l'heure de la montre. De plus, le ressort s'allongeait, ce qui diminuait sa constante de ressort.
Ce problème a d'abord été résolu par l'utilisation de la balance de la rémunération. La balance de compensation se composait d'un anneau d'acier pris en sandwich avec un anneau de laiton. Ces anneaux ont ensuite été divisés en deux parties. L'équilibre diminuerait, du moins théoriquement, avec le réchauffement, pour compenser l'allongement du ressort spiral.
Grâce à un réglage minutieux de l'emplacement des vis de la balance (vis en laiton ou en or placées sur le rebord de la balance), une montre peut être réglée pour maintenir l'heure au même niveau de température à chaud (100 °F) et à froid (32°). Malheureusement, une montre ainsi ajustée tournerait lentement à des températures comprises entre ces deux extrêmes. Le problème a été complètement résolu grâce à l'utilisation d'alliages spéciaux pour le balancier et le spiral qui étaient essentiellement insensibles à la dilatation thermique. Un tel alliage est utilisé dans les 992E et 992B de Hamilton.

L'isochronisme a parfois été amélioré par l'utilisation d'un système d'arrêt, un système conçu pour ne permettre au ressort moteur de fonctionner que dans sa plage centrale (la plus constante).
La méthode la plus courante pour obtenir l'isochronisme est l'utilisation du bobine d'induction Breguet, qui place une partie du tour le plus à l'extérieur du ressort dans un plan différent du reste du ressort. Cela permet au ressort de "respirer" plus uniformément et symétriquement.
On trouve deux types de bobinages : le bobinage progressif et le Z-Bend. Le bobinage progressif est obtenu en imposant une double torsion graduelle au ressort, formant la montée au deuxième plan sur la moitié de la circonférence ; et le coude en Z le fait en imposant deux coudes d'angles complémentaires de 45 degrés, accomplissant une montée au deuxième plan en environ trois hauteurs de section de ressort.
La deuxième méthode est faite pour des raisons esthétiques et est beaucoup plus difficile à réaliser. En raison de la difficulté de former un bobinage, les montres modernes utilisent souvent un "dogleg" un peu moins efficace, qui utilise une série de coudes aigus pour placer une partie de la bobine la plus extérieure à l'écart du reste du ressort.

 

Popularité

Les montres de poche ne sont pas courantes dans les temps modernes, ayant été remplacées par des montres-bracelets. Jusqu'au début du XXe siècle, la montre à gousset est cependant restée prédominante chez les hommes, la montre-bracelet étant considérée comme féminine et non virile.
Dans la mode masculine, les montres de poche ont commencé à être remplacées par des montres-bracelets à l'époque de la Première Guerre mondiale, lorsque les officiers sur le terrain ont commencé à comprendre qu'une montre portée au poignet était plus facilement accessible qu'une autre dans une poche.
Une montre de conception transitionnelle, combinant les caractéristiques des montres de poche et des montres-bracelets modernes, était appelée "montre de tranchée" ou "bracelet". Cependant, les montres de poche ont continué d'être largement utilisées dans les chemins de fer, même si leur popularité a diminué ailleurs.

L'utilisation des montres de poche dans un environnement professionnel prit fin vers 1943. La Royal Navy de l'armée britannique distribua à ses marins des montres de poche Waltham, qui étaient 9 mouvements de bijou, avec cadrans noirs et chiffres revêtus de radium pour la visibilité dans le noir, en prévision de l'invasion éventuelle du jour J.

Depuis quelques années, à la fin des années 1970 et dans les années 1980, les costumes trois pièces pour hommes sont revenus à la mode, ce qui a entraîné une résurgence des montres de poche, certains hommes ayant même utilisé la poche du gilet pour son usage original. Comme les gilets sont depuis longtemps passés de mode (aux États-Unis) dans le cadre de la tenue de ville, le seul endroit disponible pour porter une montre est une poche de pantalon.

montre-poche


L'avènement plus récent des téléphones mobiles et autres gadgets portés à la taille a diminué l'attrait de transporter un objet supplémentaire au même endroit, d'autant plus que ces gadgets de poche ont généralement une fonction de chronométrage eux-mêmes.

Dans certains pays, le cadeau d'une montre à gousset en or est traditionnellement offert à un employé au moment de sa retraite. La montre à gousset a retrouvé sa popularité grâce au steampunk, un mouvement sous-culturel qui embrasse les arts et les modes de l'époque victorienne, où les montres de poche étaient presque omniprésentes.


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Explorer d'autres articles